Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Réforme des institutions - 2018.04.09

Le Premier Ministre vient de présenter les grandes lignes de la réforme institutionnelle. Son fil conducteur est l’affaiblissement du Parlement.

La mesure démagogique de réduction du nombre de députés et sénateurs à hauteur de 30% occulte la raison essentielle du désamour entre la population et les assemblées : leur faible représentativité, leur pouvoir déclinant face à un pouvoir exécutif renforcé et leur inefficacité depuis des années à changer leur vie.

Réduire le nombre de parlementaires, c’est affaiblir la démocratie représentative. Réduire le nombre de parlementaires, c’est moins de pluralisme, moins de lien entre élu-e-s et population. Réduire le nombre de parlementaires, c’est la marche vers un Parlement de technocrates au détriment de la représentation du peuple.

L’inscription de nouvelles restrictions du droit d’amendement dans la Constitution confirme cette volonté de museler le pouvoir législatif.

Cette lourde attaque contre le Parlement a un sens profond : celle de laisser la voie libre au marché qui ne supporte plus l’obstacle démocratique que représentent le débat pluraliste et la représentation populaire, même imparfaite.

C’est pourquoi ce débat institutionnel en cours ne peut être distingué de l’offensive contre les services publics et l’intérêt général.

Le PCF exige que la voie du référendum prévale après un premier examen des textes par le Parlement, en particulier sur les questions liées à la représentation et aux pouvoirs des assemblées.

Le Parlement est dans le viseur d’Emmanuel Macron. C’est au peuple de décider de l’avenir de la démocratie dans notre pays !

Serge Laybros
Secrétaire Fédéral PCF 46

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.