Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Plus de 60 cheminots grévistes en gare de Figeac - 2018.04.25

Aucun train en gare de Figeac hier, mais de nombreux cheminots en grève. « Nous engageons la 5e période du mouvement social, toujours au rythme de 2 jours non travaillés sur 5, et cela depuis 3 semaines maintenant », rappelait Jacques Montal, l’un des porte-parole de la CGT.
Hier matin, ils étaient une soixantaine d’agents du rail, de techniciens, de conducteurs, etc., rassemblés autour de l’intersyndical, afin de tenir leur assemblée générale délocalisée de l’Étoile de Capdenac-Gare à la gare de Figeac.
« Les négociations sont complètement bloquées. Nous avons suspendu les discussions avec la ministre des Transports Élisabeth Borne, et nous demandons au Premier ministre de s’asseoir autour de la table », déclarait la CGT locale.
C’est donc devant la permanence de la députée Huguette Tiegna, en centre-ville, que les cheminots ont décidé de se rendre, argumentant : « Elle nous a reçus deux fois. Nous avons pu échanger avec elle. Mais cela ne l’a pas empêché de voter à l’Assemblée nationale le projet de loi de réforme de la SNCF, présenté par LREM ».
Inquiets sur la suppression du statut de cheminots et la réforme du fret, les grévistes dénonçaient aussi : « les menaces qui vont peser sur les petites lignes peu rentables ; et les responsabilités financières qui incomberont aux régions sur lesquelles la SNCF veut se décharger, en privatisant ce service public ».
Profitant de cette assemblée, ils accusaient également la SNCF de ne pas faire circuler de trains sur l’axe Figeac-Aurillac, depuis le début de ce mouvement, pénalisant ainsi les usagers de la ligne Toulouse-Clermont. « La SNCF profite de cette grève pour ne faire rouler qu’un train TER sur 10, alors qu’il y a les moyens techniques et humains disponibles. Elle abandonne déjà cet axe, c’est lamentable ».
Le maire de Figeac, André Mellinger, prenait le micro, en appelant à défendre le service public. « Nous sommes un territoire enclavé, nous avons besoin du ferroviaire, de nos écoles, etc. L’État ne peut pas continuer à se décharger ainsi sur les collectivités locales et demander aux contribuables de payer ».
En région Occitanie, les cheminots annonçaient : « un mouvement suivi à plus de 70 %, tous métiers confondus. La preuve la direction régionale de la SNCF annonce 1 TER sur 3 (liaison assurée par bus) et 1 TGV et Intercité de jour sur 5 ». Les grévistes décidaient de reconduire leur mouvement pour une 6e séquence de grève perlée, prévue les 28 et 29 avril.

Laetitia Bertoni

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.