Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Hôpital de Gramat - mardi 5 juin 2018

Entre 250 et 300 manifestants se sont rassemblés mardi 5 juin devant l'hôpital de Gramat à l'appel du nouvellement crée "comité de défense."

  Ci-dessous l'intervention de notre camarade Lydie :

 

Mesdames et Messieurs,

Je prends la parole sur invitation de Mr Roualdes, à l’initiative du collectif de défense de l’hôpital de Gramat.

Mr Roualdes, je vous remercie pour votre action fédératrice pour sauver l’hôpital de Gramat.

Je tiens également à remercier Mr Chartroux, maire de Thegra, pour sa réactivité et sa disponibilité. Mr le Maire, je sais tout votre attachement à la sauvegarde des territoires ruraux.

Messieurs les Elus, je vous ai vus auprès de la population gramatoise et du collectif « tous ensemble pour les gares » qui dressait une barrière contestataire sur la voie ferrée de Gramat afin de défendre la gare.

Force est de constater qu’à ce jour, l’action collective a été efficace, puisque la gare de Gramat n’est pas fermée.

Messieurs les Elus, merci à vous tous d’être à nouveau présents aujourd’hui et d’honorer la confiance que vous ont accordée les citoyens.

Mais l’engagement des Elus n’est pas suffisant si la population ne se mobilise pas derrière eux. C’est ce qui a été démontré à la gare de Gramat.

L’union fait la force !

Et c’est pourquoi je vous remercie, Mesdames et Messieurs, tous ensemble, de vous être joints si nombreux à cette première action pour sauvegarder l’hôpital de Gramat.

Enfin, je voudrais rendre un hommage tout particulier au personnel du service de médecine, ainsi qu’à celui de l’EHPAD Louis Conte et de la MAPAD Charles de Gaulle. Je vous vois travailler au quotidien, dans des services qui pour d’ailleurs emploient essentiellement du personnel féminin, pour le coup, bonjour la parité !

Mesdames vous êtes des femmes de l’ombre sans lesquelles cet établissement ne serait rien.

Vous êtes dévouées, attentives, extrêmement compétentes. Vos conditions de travail ne sont pas toujours faciles, vous palliez souvent au manque d’effectifs et de moyens. Mais malgré tout, vous êtes toujours motivées votre priorité reste toujours avant tout l’intérêt du patient.

Je tiens à dire devant tous à quel point j’apprécie travailler en équipe avec vous.

Mesdames et Messieurs, avec la fermeture du service de Médecine de Gramat, ce sont aussi leurs emplois qui sont menacés !

Témoignons leur notre solidarité, et rendons leur hommage par nos applaudissements !

Nous sommes rassemblés aujourd’hui sur l’initiative du collectif de défense de l’hôpital de Gramat afin d’affirmer notre volonté de sauvegarder le service de médecine de proximité.

La politique des gouvernements qui se sont succédé au cours des dernières années mène au démantèlement des services publics, des transports et des structures de proximité. Cette politique conduit à l’enclavement des territoires ruraux et à l’inégalité entre les territoires de notre pays.

Se revendiquant « ni de droite, ni de gauche » le gouvernement adopte des mesures et met en application leurs contraires.

Ainsi, la meilleure idée que le président Macron et ses ministres aient trouvée pour développer les territoires ruraux, c’est de fermer des gares et des lignes de chemin de fer !

Et il en va de même pour les écoles, quand il s’agit d’œuvrer pour l’accès à l’éducation. Le président Macron nous emmène « en marche » … Mais où va-t-on ? Je vous le demande...

 

Suivant sa même logique, le gouvernement prétend lutter contre les déserts médicaux, mais il ferme des hôpitaux de proximité !

En matière de santé, le Plan Régional de Santé 2018-2022 privilégie une logique comptable et financière à une médecine humaine, et fait peser une lourde menace sur les 20 lits de l’hôpital Louis Conte.

 

L’hôpital de Gramat a été construit en 1974 , et inauguré par Mr Dumas sous son premier mandat de maire de la Commune.

Mr Dumas, je vous remercie d’être avec nous aujourd’hui pour défendre cet hopital que vous avez contribué à fonder.

L’hôpital de Gramat est labellisé hôpital de proximité depuis 2016.

Il est actuellement le 3e employeur de la commune de Gramat, après la Quercynnoise et le Centre d’Etudes de Bed.

La loi de modernisation de notre système de santé, voulue par Marisol Touraine alors ministre de la santé du président Hollande, a déjà conduit à des coupes drastiques en matière de dépenses de santé.

En pratique, c’est simple : on a établi un ratio d’hôpitaux par nombre d’habitants, sans tenir compte des particularités géographiques des territoires, ni du réseau routier ou du temps de trajet pour accéder à l’hôpital le plus proche.

Cette mesure a conduit à la fermeture de différents services de proximité, comme la maternité de Figeac, après celle de St Céré et de Gourdon, ou encore le service d’hospitalisation à domicile de Bretenoux, fusionné avec celui de Figeac.

En février dernier, l’Agence Régionale de Santé a présenté son plan régional de santé pour la période 2018-2022.

Le document est loin d’être clair et transparent, mais en résumé, la tendance est à toujours plus de regroupements, au développement de l’ambulatoire et de la télémédecine.

Opéré dans la journée ? De retour chez vous le soir ! C’est merveilleux !

Mais débrouillez-vous en cas de douleur, de malaise, ou de complications. Sachez que la nuits et le week-end, seules 4 ambulances sont d’astreinte pour l’ensemble de notre département.

Avec la disparition des services de santé de proximité, c’est un pas de plus vers la fracture du lien social qui nous rassemble !

Certains centres hospitaliers voient un parc hôtelier privé se développer à leurs portes. Toujours plus de privatisation : est-ce vraiment une solution pour les usagers ?

Afin de faire l’économie des frais de fonctionnement, l’ARS souhaite développer les EHPAD hors murs et les soins infirmiers au domicile.

Soignés à domicile, c’est vous qui paierez le loyer, l’eau, l’électricité et non plus l’État qui continuera malgré tout à prélever vos cotisations sociales.

 

L’ARS demande à chaque hôpital de proximité d’étudier ses possibilités de reconversion vers des capacités de Soins de suite et de réadaptation, d’unités de long séjour ou d’EHPAD.

En ce qui concerne l’hôpital Louis Conte, il semblerait qu’elle ait demandé à l’hôpital Louis Conte de présenter un projet de fusion de l’EHPAD Louis Conte et de la MAPAD Charles de Gaulle, en suggérant deux scénarios : avec, et sans le service de Médecine.

Nous sommes instruits du sort qui a été réservé aux autres établissements du secteur : fermeture de lits sur l’hôpital de Leyme, fusion entre la clinique Font Redonte et l’hôpital de Figeac, celle entre les maternités de l’hôpital de Brive et de la clinique St Germain, ayant conduit au passage à la fermeture de lits.

Sur l’hôpital de Cahors, ce sont 29 lits qui doivent prochainement fermer.

Ces fermetures sont les témoins de ce qui est en train de se passer : le gouvernement entreprend des économies de bouts de chandelles sur le dos de nos malades et de nos aînés en détruisant notre système de santé, pendant que les cadeaux fiscaux aux patrons et aux grandes entreprises du CAC40 s’envolent !

Au delà de notre région, c’est ce qui se passe sur tout sur le territoire national : en Bourgogne, en Franche Comté, en Bretagne..

Mesdames et Messieurs, la menace qui pèse sur les 20 lits du service de médecine de Gramat est sévère et réelle !

Le service de médecine répond pourtant à un réel besoin de la population, et pallie à l’enclavement d’un territoire rural à l’heure où les services hospitaliers alentour et les urgences sont saturés.

L’accueil direct de patients par du personnel qualifié contribue au désengorgement des services d’accueil des urgences.

De nombreuses personnes dans la population locale ont été soulagées de pouvoir recourir à l’hôpital Louis Conte dans des situations d’urgence médico-sociales devant lesquelles elles étaient démunies.

Peut-être même certains d’entre vous, réunis ici aujourd’hui.

L’hôpital de Gramat prend régulièrement en charge des patients en soins palliatifs. Les patients et leur famille y sont accompagnés par des professionnels de façon humaine dans le respect de la dignité.

Le service de médecine permet des séjours de répit pour des familles épuisées qui s’occupent au domicile de personnes malades, âgées, ou atteinte de maladies neuro-dégénératives comme la maladie d’Alzheimer, alors que les structures d’accueil ou d’hébergement manquent cruellement.

 

Travaillant en équipe avec le personnel du service de Médecine, les médecins généralistes du bassin de santé assurent le suivi des patients en amont et en aval de leur hospitalisation, et garantissent la continuité des soins.

A l’heure où les territoires ruraux peinent à recruter des médecins, l’hôpital de Gramat est un atout indispensable et un élément attractif pour de jeunes professionnels.

 

Nos Elus locaux se sont déjà mobilisés :

Les 11 et 25 avril derniers, le conseil départemental du Lot, puis le conseil municipal de Gramat ont retoqué le Plan Régional de Santé présenté par l’ARS, affirmant ainsi leur attachement aux services de médecine de proximité. Et il en est de même pour les autres communes du canton.

Néanmoins, l’actualité nous montre chaque jour que l’heure est au démantèlement des services publics.

Alors que le gouvernement a annoncé en 2017 la fermeture de 22 000 postes dans le secteur hospitalier, et alors qu’Emmanuel Macron, en déplacement en Russie, a déclaré « qu’aucun désordre » ne l’arrêtait, il est malheureusement fort à penser que la position des Elus locaux ne suffise pas.

Il est primordial que nous, Citoyens et Citoyennes, nous mobilisions avec nos Elus pour défendre l’hôpital Louis Conte, et au travers de ce bien commun, nos services publics en général !

C’est de ces réflexions qu’est né le collectif de défense de l’hôpital de Gramat.

Cette première action qui nous rassemble aujourd’hui, alors que la Commission Médicale d’Etablissement s’apprête à siéger dans quelques minutes afin de débattre de l’avenir du service de Médecine, doit être suivie d’autres démonstrations de notre volonté de conserver notre médecine de proximité.

Soyons nombreux à nous mobiliser pour sauvegarder notre hôpital !

Refusons son sacrifice au nom de logiques financières qui ne tiennent pas compte des réels besoins de l’individu et détruisent la médecine humaine, la médecine de proximité, celles que les gens attendent et celle que les professionnels ont envie d’exercer !

Isolés, nous ne pouvons rien, mais ensemble, nous pouvons tout !

Une deuxième journée d’action aura lieu le jeudi 7 juin, dans deux jours, à 13h, ici même devant les portes de l’établissement pour accueillir des membres de l’ARS en déplacement. Venons leur témoigner notre volonté de préserver notre hôpital !

Soyons plus motivés, plus nombreux encore, que chacun d’entre vous ne ramène ne serait-ce qu’une personne de plus !

Le collectif de défense vous tiendra informé des suites des différentes actions qu’il engage.

Ce collectif, créé dans l’urgence, ne demande qu’à s’étoffer. Plus nous serons nombreux, plus nous aurons d’impact.

Tous parmi vous êtes les bienvenus pour vous investir dans le collectif de défense. Je vous invite à vous manifester avant la dispersion du rassemblement afin de communiquer vos coordonnées, à Mr Roualdes ou à moi-même.

Une page dédiée au collectif de défense de l’hôpital de Gramat est accessible sur les réseaux sociaux.

Je vous remercie pour votre attention, j’applaudis encore une fois la mobilisation générale et vous donne rendez vous le 7 juin prochain, même endroit, pour que la défense de l’Hopital Louis Conte continue!

 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.