Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

CGT : Philippe Martinez dans la place // 2018.12.13

Premier rendez-vous de sa tournée sociale dans le Lot : le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a inauguré hier la «place des libertés syndicales» face au tribunal de Cahors. Là où sera jugé le secrétaire départemental Jérôme Delmas.

Avant de se rendre aujourd'hui devant la Manufacture d'appareillage électrique de Cahors (MAEC) puis à Biars-sur-Cère sur le site de la société Andros, Philippe Martinez a affirmé hier soir son soutien à ses camarades syndicalistes lotois face au tribunal de Cahors. Ils ont été rejoints par des représentants CGT venus de toute l'Occitanie et.

L'action syndicale défendue

Le secrétaire général de la CGT est en effet venu inaugurer une «place des libertés syndicales». Tout un symbole dans le combat que mène la confédération lotoise avant la convocation de son secrétaire départemental Jérôme Delmas pour des faits remontant au 28 juin 2018 à la gare de péage de Gignac (lire encadré). Ils concernent une distribution de tracts menée avec quatre autres militants et en partenariat avec le syndicat Force ouvrière (FO). Hier soir, Jérôme Delmas a commencé son discours dans lequel il invite «les jeunes, les retraités, les privés d'emploi» à ne pas cesser leur mobilisation.

Afin d'inaugurer le concept d'une place qui vise pour Jérôme Delmas à «cesser toute tentative d'entrave à l'action syndicale», des plaques de rues autocollantes ont été disposées sur les grilles d'entrée du tribunal de Cahors. Ensuite, la prise de parole du secrétaire général Philippe Martinez s'est voulue tout aussi ferme à l'égard de ce qu'il juge être une «scandaleuse répression policière» à l'égard de ses cinq confrères lotois. Philippe Martinez a aussi rappelé un appel à la grève dans les entreprises ce vendredi.

Aujourd'hui, il suit une délégation syndicale dans le but de tracter et de rencontrer des salariés. À la MAEC, par exemple, où selon lui la discussion doit continuer avec la direction. «Les salariés ne peuvent pas payer pour ce qu'ils n'ont pas choisi», a-t-il défendu à leur égard.

Mathieu Delaunay

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.