Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Ils étaient 400 unis contre l’antisémitisme // 2019.02.25

Quatre coups de téléphone ont suffi, lorsque Gaëligue Jos (PS) a proposé à ses homologues des autres partis, Serge Laybros (PCF), Raphaël Daubet (Mouvement Radical), Brigitte Rivière (LR) Stéphane Dupré (LREM) et Mathieu Ebbesen (EELV), de se rassembler contre l’antisémitisme, tous ont immédiatement et naturellement accepté. Au pied de la statue de Gambetta, un autre symbole, hier soir, ils étaient des centaines à se retrouver. Une foule de 400 personnes environ, des anonymes, des écharpes tricolores, des gilets jaunes, des responsables associatifs, des jeunes, des cheveux blancs.
Le mouvement pas vraiment organisé s’est construit, là, en quelques minutes. Certains sont arrivés avec des petites pancartes brandies au-dessus de la tête : « Non l’antisémitisme n’est pas la France, ça suffit ! ». puis progressivement la foule s’est densifiée.
Contre la haine, le racisme, la violence, les réactions puisent au même registre des valeurs humanistes de tolérance.
Francis Thomas (Jeunesse au Plein Air) : « Quand on est pour le vivre ensemble, ce qui se passe est insupportable ». Denis Marre (maire de Pradines) : « Je constate que la violence s’est installée partout, sur les réseaux sociaux comme dans la vie quotidienne ». Guillaume Baldy (conseiller départemental) : « La parole décomplexée nourrit la haine et la fait grandir ». Catherine Marlas (Présidente du Parc des Causses) : « On assiste à un retour en force d’idées plus que nauséabondes, il est temps qu’on réagisse ». Nelly Ginestet (élus de Flaujac-Poujols) : « Notre devoir pour l’avenir est d’être solidaires et unis ». Aurélien Pradié (député du Lot) : « J’étais mardi place de la République à Paris. pour nos générations qui n’ont pas connu ces périodes noires, voir ressurgir l’antisémitisme c’est effrayant ». Gaëligue Jos (première fédérale du PS) : Réunir autant de personnes un vendredi soir, c’est signe que la France est encore la France ». Raphaël Daubet (conseiller régional) : « On montre qu’on est capable de se rassembler autour de valeurs fondamentales contre ces dérives d’un autre temps ». Jean-Claude Requier (sénateur) : « Ma présence comme président du groupe RDSE du Sénat est symbolique contre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme ». Geneviève Lagarde (adjointe à Cahors) « La République doit condamner de manière absolue toute forme de haine ».
Sans micro, sans préparation mais avec gravité, une Marseillaise a conclu le rassemblement.

J-M. F.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.