Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Des enseignants peu nombreux // 2019.04.05

 

Le pique-nique revendicatif organisait, hier midi, par l’intersyndicale du Lot contre le projet de loi du ministre Blanquer, n’a pas rassemblé les foules.
À Cahors, ils étaient une petite cinquantaine sur la place Chapou à dénoncer ce projet de réforme «Ecole de la confiance» ; mais dans les écoles du département, l’appel national à la grève était plus suivi, avec certaines écoles fermées.
Au rang des contestations, Benoît Debals, co-secrétaire départemental de la FSU- SNUipp, mentionnait : «les établissements de savoirs fondamentaux regroupant écoles et collège référent le plus proche», mais aussi «l’école obligatoire dès 3 ans, déjà suivie par 97% des enfants, qui aura pour conséquence d’obliger les collectivités à financer une subvention à la scolarité dès 3 ans dans les maternelles privées, contre 6 ans aujourd’hui. Rien que sur Cahors, on estime le coût à 120 000 par an, peut-être financé par un fonds d’amorçage de l’Etat, mais de toute façon en prenant sur les crédits publics».
Aux côtés des représentants de la CGT Educ’Action, FSU- SNUipp, FNEC FP FO, FO et Sud Education, tous évoquaient aussi ce «devoir de réserve des enseignants» qui, selon eux, entravera leur liberté de citoyen et d’expression, laissant planer l’ombre de sanctions. «Jean-Michel Blanquer ne veut pas que l’on fasse de vague. On nous sabre nos conditions de travail et on nous empêche de râler», résumaient-ils.
En ligne de mire de ces mobilisations aussi la réforme des lycées. Pour Yves Françoise et ses collègues mobilisés, hier : «C’est une véritable casse du système pédagogique au profit d’économies de moyens. Mais pour les jeunes il y a une perte de cohérence dans leur parcours. Leurs enseignements et spécialités qui s’ils sont mal choisis les pénaliseront sur Parcoursup».
Tous appelaient à une nouvelle journée d’action et de grève, le jeudi 9 mai, contre le projet de loi de la Fonction publique.

Lae. B.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.