Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

La Région vise sans détour les défaillances de la SNCF // 2019.06.27

La région Occitanie vient d'entamer son tour des départements pour pousser «son coup de gueule» et dire «son insatisfaction à l'issue de la première année de convention avec la SNCF». À Cahors, mardi soir, Jean-Luc Gibelin a porté cette parole de la présidente Carole Delga, sans mâcher ses mots !

«Pour le développement du train et du ferroviaire, la Région Occitanie engage chaque année 300 millions d'euros. Or, la qualité et le service ne sont pas au rendez-vous, a prévenu le vice-président chargé des transports. Il y a un décalage entre ce qui était attendu de la convention TER 2018-2025 et la réalité».

Pour preuve, il détaille deux documents. Le premier porte sur une enquête de satisfaction auprès des voyageurs, qui réclament d'ailleurs à 85 % une modernisation et une sauvegarde des lignes TER. Le second concerne un rapport produit par la Région qui s'appuie sur une étude de l'Institut CSA. Résultats : un taux de ponctualité de 85.8 % pour un objectif fixé à 89 % – soit 46 trains en retard par jour.16 trains supprimés par jour (hors grèves) ou encore 34 % des usagers seulement satisfaits du niveau d'information fourni par la SNCF.

Toutefois, Jean-Luc Gibelin nuance son intervention, en signalant que depuis le début de l'année 2019, un redressement s'opère sur la ponctualité des trains, même si cela profite moins au Lot qu'au reste de la Région. Il note en effet des situations très contrastées d'un territoire à l'autre. «Les annulations de train pour suspicion de gel cet hiver dans votre département sont inacceptables», a-t-il martelé.

Dès la fin d'année, 6 trains de plus en gare de Cahors

Dans le même temps, il assurait que l'engagement de la Région sur le développement de l'offre bénéficierait aussi à l'amélioration de la ligne Toulouse – Cahors : «Aux 12 trains sur la ligne, 6 de plus (trois allers – trois retours) s'ajouteront à compter de décembre 2019. Avec un train par heure en gare de Cahors, aux heures de pointe ; et un train toutes les deux heures, sur les heures creuses». Dont acte pour Jean-Marc Vayssouze le maire de Cahors qui espérait cet engagement afin de renforcer les liens avec Toulouse, rejoint en cela par les vice-présidents (es), Marie Piqué et Vincent Labarthe qui ont souligné l'importance de la mobilité et de l'aménagement territorial.

Enfin, dernier point d'achoppement entre la Région et la SNCF précisé par Jean-Luc Gibelin : «Quand cette dernière annonce que 90 % des transactions seront virtuelles à la fin de l'année dans ses gares nationales (dont Cahors), la Région souhaite que 50 % restent basés sur un contact humain avec les voyageurs, en sanctuarisant les gares avec guichet et en compensant le désengagement de la SNCF».

Concernant les pôles d'échange multimodaux de la région, Jean-Luc Gibelin signalait qu'aucune collectivité du Lot n'avait candidaté pour établir ces sites de connexion des transports ferroviaires et routiers.


Gare de Figeac, c'est le pompon

Lors de cette rencontre avec la presse, à la Maison de la Région, la reconstruction de la gare de Figeac a fait l'objet d'un long échange.

«Nous revendiquons la capacité à reconstruire le bâtiment voyageurs, a rappelé Jean-Luc Gibelin aux côtés de Vincent Labarthe, président du Grand Figeac. Avec les lycées, la Région a déjà montré ses compétences pour construire des bâtiments qui accueillent le public. Nous ne pouvons accepter le délai de 3 ans, qui s'avérera au final être 4 ou 5 ans, et le coût de 2.5 M d'euros annoncés par la SNCF. Celle-ci refuse pourtant de nous mettre à disposition le bâtiment détruit et sa façade».

Un argument d'autant plus légitime selon le vice-président de Région que leurs deux instances ont accepté de reconstruire la gare figeacoise en dissociant la partie accueil voyageurs et la partie technique – aiguillage, rendant ainsi les deux chantiers totalement indépendants.

Dans ce bras de fer, le seul point de départ reste le retour à la normale de la circulation des trains le 5 juillet sur la ligne Brive – Figeac – Rodez, avec l'achèvement des travaux de modernisation de la voie.

Laetitia Bertoni

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.