Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Rassemblement devant le centre hospitalier de Cahors : «Un plan d'urgence pour l'hôpital, pas une rustine !» // 2019.11.15

À l'appel de la CGT et de FO, un rassemblement des personnels de santé s'est déroulé hier, devant l'hôpital de Cahors. Une manifestation au cours de laquelle un chef de service a décrit l'ampleur du malaise.

Comme partout en France, à Paris et à Toulouse, les personnels hospitaliers se sont rassemblés hier après-midi devant l'accueil de l'établissement de Cahors. La manifestation organisée à l'appel de la CGT et de FO réunissait aussi quelques usagers. Au total une centaine de personnes, des blouses blanches appartenant à tous les services en majorité et des pancartes brandies qui en disent long sur le moral des personnels : «Soignants épuisés, votre santé en danger».

L'hôpital a les traits d'un patient qui souffre. Laurence Chabert, secrétaire à la vie syndicale CGT, décrit un malade dans un état dramatique : «Manque de personnels flagrant, charge de travail énorme, des directeurs par intérim qui se succèdent, pas de cap, dysfonctionnements organisationnels…». Dans ce bilan de santé préoccupant, il y aurait, selon la syndicaliste une nouvelle rassurante : «Malgré tout cela, la population est bien soignée parce que les personnels ont des valeurs».

Au nom du collectif national interhôpital, un médecin, le docteur Slim Lassoued, chef de service, prend la parole. Le praticien appuie là où ça fait mal : «Aujourd'hui au sein de l'hôpital public, parmi les médecins, il y a de la colère, un sentiment d'abandon et plus grave à mes yeux, une lassitude». Pour le porte-parole du collectif, la situation dans les hôpitaux ne date pas d'hier : «La structure hospitalière se dégrade d'année en année, on est en train de faire de la casse hospitalière». Les mots de Slim Lassoued sont sans appel : «La rigueur s'est transformée en austérité». Évoquant les contraintes budgétaires, le chef de service note «qu'on arrive au bout du bout. Il faut redresser la barre».

La solution selon le docteur Lassoued devra passer par l'élaboration «d'un plan d'urgence pour l'hôpital. Et pas une rustine !» prévient-il en demandant le soutien des usagers pour amplifier le mouvement.

J-M. F.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.