Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Les postiers de Gramat réclament quatre emplois et vont manifester à Cahors // 2021.06.09

Les postiers de Gramat en grève ont décidé ce mercredi, en assemblée générale, de venir manifester ce jeudi 10 juin, à 10 heures, devant la préfecture à Cahors.


L'action des postiers de Gramat a été décidée « face à une direction de la Poste de Gramat fermée à toute négociation et devant le mutisme de la préfecture à la demande de médiation ». Ces grévistes avaient fait part de leur colère mercredi dernier.

Avec le soutien d’élus, dont Marie Piqué, vice-présidente de la région Occitanie et Caroline Mey-Fau, conseillère départementale du canton de Gramat, et de collègues de Gourdon, Figeac ou encore Bretenoux, ils se sont rassemblés pour demander davantage de postes de titulaires sur le secteur. « On se bat pour des emplois pérennes », clame Virginie Long, secrétaire départementale de la CGT FAPT 46.

« On n’arrive même plus à connaître les prénoms des employés », s’alarme d’ailleurs un des postiers, qui voit s’enchaîner les contrats à courte durée dans le bureau local.

Une grève étouffée par le groupe selon les manifestants

Près de 90 % du bureau gramatois est en grève illimitée. « Plutôt que de vouloir sortir au plus vite de ce conflit qui a des conséquences directes sur les usagers et les entreprises, La Poste a recours à une brigade qui vient briser la grève. Ils prennent des gens d’ailleurs pour venir remplacer les grévistes », dénonce la secrétaire. Cette initiative n’est pas du tout du goût des manifestants qui y voient un moyen de réduire l’impact de cette grève sur les usagers puisque « les gens continuent de voir des voitures jaunes circuler », ajoute-t-elle. De son côté, La Poste se réjouit que « les mesures de continuité d’activité mises en place aient permis d’assurer les tournées de collecte et remise aux entreprises, la livraison des colis et les différents services complémentaires. »

Les postiers espèrent une décision rapide

« Actuellement, nous en sommes à six négociations avec la direction locale. Et, pour le moment, La Poste bafoue le droit du travail et ses propres agents », déplore Virginie Long. Ces échanges ne semblent pas avancer et les syndiqués ont demandé la présence d’un médiateur de la république pour faire accélérer la procédure. La Poste souhaite, elle aussi, « trouver une issue favorable à ce mouvement par la poursuite d’un dialogue constructif et apaisé, permettant à chacun de s’exprimer ».

Rassemblée sur un rond-point de la ville, la centaine de manifestants s’est ensuite dirigée vers les bureaux locaux de La Poste pour se faire entendre par la direction.



Correspondant

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.