Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Lot : un conseiller sortant bien enraciné face à un vent de renouveau sur le canton de Souillac // 2021.06.14

La Dépêche du Midi conclut aujourd’hui la série de pages spéciales consacrées aux élections départementales des 20 et 27juin 2021 avec la présentation des enjeux du canton de Souillac où quatre binômes sont en lice.


En remportant haut la main plus de 70 % des suffrages aux élections départementales de 2015, le conseiller sortant Gilles Liébus, référent LaREM dans le Lot, pouvait s’enorgueillir d’un véritable plébiscite en sa faveur.

D’autres diront que son score a été aussi élevé car les électeurs ont d’abord voulu écarter la menace du Front National présent au second tour… et absent de la bataille cette année. 

Quoi qu’il en soit, le verdict des urnes ne pouvait que conforter le sortant dans ses ambitions et le conduire à renouveler sa candidature en 2021. Les cartes seront-elles redistribuées ? Rien n’est joué, ni gagné d’avance sur ce canton où finalement seul Gilles Liébus revient au combat puisque aucun autre candidat de 2015 ne retente « l’aventure. »

Une bataille bien plus serrée qu'en 2015

Les nouveaux venus ne sont pas pour autant des novices en matière d’implication politique ou associative sur un territoire où la santé, l’Education, l’économie, l’environnement et l’action sociale apparaissent en tête des priorités de chacun des quatre binômes en lice. L’ancien président de Cauvaldor estime que la bataille sera « bien plus âpre et serrée qu’en 2015. »

Un duel DVD-FN au second tour en 2015

Le binôme Monique Boutinaud et Gilles Liébus (DVG) réalisaient un score record au second tour, en 2015, en affichant un cinglant 73,5 % face au Front National (aujourd’hui Rassemblement National) du duo Raymond Bellat, Amélie Zeller crédité de 26,49 % des suffrages.

Au premier tour, le PCF et le Front de Gauche avaient talonné le FN en réalisant un score de 19,70 % (21,17 % pour le FN) sous la candidature d’Yves Bialgues (PCF) et Eliane Nayrac (FG), tandis que Carole Leduc et Stéphane Roby (DVD) terminaient cette course électorale à la quatrième place avec un score malgré tout honorable de 12,06 %.

Cauvaldor : la fierté de Gilles Liébus

Gilles Liébus rappelle qu’il a « créé Cauvaldor et contribué au maintien d’une identité départementale forte. Celle-ci serait réduite puisque Cère-et Dordogne et Sousceyrac voulaient rejoindre la Corrèze. J’ai été le seul à me battre pour que ces territoires restent dans le giron du Lot. C’est ma fierté. »

Pour justifier l’abandon (provisoire) de son étiquette LaREM, le candidat sortant et Chantal Lacassagne lancent d’une même voix : « Notre parti, c’est notre territoire. »

Violaine Delpech-Fraysse : sa terre dans le cœur 

Les candidats de la majorité départementale défendent eux aussi ce même territoire sous la bannière « Le Lot en commun » et comptent bien démontrer qu’ils sont justement un binôme hors du commun.

Violaine Delpech-Fraysse, amoureuse de Payrac dont elle est native et où elle vit et travaille a sa terre dans le cœur et l’envie de rappeler que, diplômée des beaux-arts, elle est en capacité, entre autres volontés, de « développer l’offre culturelle sur ce secteur du Lot, la dynamiser et soutenir la vie associative. »

Elle n’hésite pas à dire qu’elle fait même « une priorité » de ce bien vivre et mieux vivre ensemble par le biais de la culture.

Le maintien des services publics au programme du PCF

« Le renouveau du canton » demeurent également les maîtres mots du maire de Pinsac Régis Villepontoux. En étant délégué au comité de cohésion territorial et à l’office de tourisme, il a travaillé d’arrache-pied pour « renforcer l’attractivité du territoire. »

Cela passe par l’aide « au maintien des services publics. » Un thème également cher à Sophie Felzines et William Gout (PCF).

Plusieurs dénominateurs communs

On change de visages du côté du PC par rapport à 2015, mais les intentions restent les mêmes. Le binôme PCF version 2021 prône « plus de justice sociale dans une société qui doit absolument placer l’humain au centre de toutes les préoccupations. »

Dans son programme, ce binôme s’engage également à « défendre les transports publics et élaborer une politique touristique en cohérence avec les besoins du monde rural. »

L'écologie : un état d'esprit et des intentions 

En ajoutant que « l’avènement d’un monde plus éco-responsable s’impose » le PCF ne cherche pas à surfer sur l’un des thèmes forts du binôme Krystèle Appourchaux (EELV) et Germain Guitard (Génération S), mais n’occulte pas la notion d’écologie politique. Une notion et un état d’esprit ancrés encore plus fortement chez le binôme vert qui avance sous le slogan évocateur « Naturellement Lot. » 

La désertification médicale : une lutte récurrente dans le Lot

Déterminé, ce duo EELV-Génération S veut « stopper la destruction des ressources, ouvrir des perspectives efficaces contre la pollution environnementale, agir en faveur d’une filière agricole saine et soutenue, sans oublier la lutte contre la désertification médicale et pour le maintien des personnes âgées à domicile. » 

La santé, l’avenir des jeunes et le bien-être des aînés sont les dénominateurs communs des quatre binômes sur un territoire où le développement économique et de l’attractivité sont plus que souhaitables. Cela passe par des actes politiques forts et donc par les urnes dès dimanche. 

Reste à savoir si Gilles Liébus jouera le rôle du chêne ou du roseau face à ce vent de renouveau.

Dossiers à suivre : L'abbatiale se refait une beauté et la Cité de la mode est à l'arrêt

L’habit ne fait pas le moine. En voulant prêcher la bonne parole pour défendre le projet de Cité de la mode et des arts créatifs à Souillac, Gilles Liébus s’est heurté à des détracteurs le conduisant à déclarer aujourd’hui que « le projet est en stand-by. Je ne désespère pas de voir un jour une véritable unité politique autour de ce dossier créateur d’emplois. Je considère toujours que cette idée est un atout indéniable pour tout le secteur de Souillac et le Lot en général car je propose une vision globale sur le développement économique de notre département. »

L'un des merveilleux<br />
                    joyaux du canton : l'abbatiale de Souillac.
L'un des merveilleux joyaux du canton : l'abbatiale de Souillac. Photo DDM

En revanche, une bonne nouvelle qui engendre des réalisations très concrètes fait l’unanimité et ravit les habitants du canton : la ville de Souillac est lauréate du Loto du patrimoine, mis en place par la mission Stéphane Bern, le ministère de la Culture, la Fondation du patrimoine et la Française des jeux.

L’abbatiale Sainte-Marie de Souillac, chef-d’œuvre de l’art romano-byzantin, a été sélectionnée et le financement de sa restauration acté. Sa rénovation globale permettra, outre l’aspect esthétique et architectural de ce lieu de culte, d’accueillir dans d’excellentes conditions des concerts de musique sacrée programmés par les festivals de Rocamadour et Saint-Céré.

Le monument souffre des effets d’infiltrations d’eau : fissures et déjointements. L’édifice est fragilisé. La fin du chantier est prévue en 2025. Le musée de l’automate, entre autres fleurons culturels et touristiques du canton, doit lui aussi être revu et embelli.

Les dossiers patrimoniaux et touchant à l’économie du tourisme progressent à grands pas.

Chaque candidat veut en faire plus sans surenchère, mais avec quelques nuances et priorités qui feront peut-être toute la différence pour les électeurs.


Quatre binômes en compétition

Gilles Liébus

62 ans, retraité de la restauration hôtelière. Maire de Souillac. Sans étiquette. Remplaçant :Francis Chastrusse. 

Chantal Lacassagne

63 ans, cadre à l’office de tourisme de la Vallée de la Dordogne (ingénierie et développement territorial).

Remplaçante : Nathalie Moquet. 

Gilles Liébus
Gilles Liébus
Chantal Lacassagne
Chantal Lacassagne

Violaine Delpech-Fraisse

51 ans, graphiste, agent territorial. Majorité départementale (candidature citoyenne). Remplaçante : Elodie Rouziès

Régis Villepontoux

62 ans, retraité du secteur privé. Maire de Pinsac. Majorité départementale (PS).

Remplaçant : Jean-Philippe Gavet.

Violaine<br />
                    Delpech-Fraisse
Violaine Delpech-Fraisse
Régis Villepontoux
Régis Villepontoux

Krystèle Appourchaux

37 ans, autrice, compositrice, interprète. EELV.

Remplaçante : Marie-Claire Luciani. 

Germain Guitard

59 ans, médiateur.

Génération S.

Remplaçant : Emmanuel Caruana. 

Krystèle Appourchaux
Krystèle Appourchaux
Germain Guitard
Germain Guitard

Sophie Felzines

55 ans, restauratrice.

PCF.

Remplaçante : Virginie Audit. 

William Gout

48 ans, salarié à Pivaudran, conseiller municipal à Fajoles. PCF.

Remplaçant : Laurent Moskalik. 

Sophie Felzines
Sophie Felzines
William Gout
William Gout

18 communes : un canton XXL

Le canton de Souillac compte 10 375 habitants répartis dans 18 communes. 203 km de routes départementales sillonnent ce territoire d’une superficie de 307,92 km2 avec une densité de 32 habitants au km2.

  • Les communes du canton. Le nombre de cantons du département a été divisé par deux, par décret du 13 février 2014, appliqué dès les élections départementales de mars 2015. Le canton de Souillac a été conservé et s’est agrandi pour passer de 9 à 18 communes. Il s’agit de Calès, Fajoles, Gignac, Lacave, Lachapelle-Auzac, Lamothe-Fénelon, Lanzac, Loupiac, Masclat, Meyronne, Nadaillac-de-Rouge, Payrac, Pinsac, Reilhaguet, Le Roc, Saint-Sozy, Souillac, Mayrac.
  • Action sociale. RSA (revenu de solidarité active) : 251 bénéficiaires. APA (Allocation personnes âgées) : 338 bénéficiaires. PCH (Prestation de compensation du handicap) : 65 bénéficiaires.
  • Éducation. Un collège public à Souillac (276 élèves à la rentrée 2020).
  • Services et sites du Département. Maison des solidarités départementales à Souillac (+ permanence à Payrac) ; service territorial routier et centre d’exploitation des routes à Souillac ; 5 bibliothèques desservies par la bibliothèque départementale ; espaces naturels sensibles : vallées de l’Ouysse et de l’Alzou (relais découverte à Calès), Marais de Cléjoux-Lamothe (à Lachapelle-Auzac) ; grottes du Piage (Fajoles).


 
 
 

 




  • Lors de la mobilisation des postiers,<br />
                            jeudi, devant la préfecture du Lot.
    Lors de la mobilisation des postiers, jeudi, devant la préfecture du Lot. DDM Marc Salvet



 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.