Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Pour le maintien de centre d'acceuil EDF à Cahors

 

Les usagers cadurciens du service public EDF paient vraiment cher l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie et la course à la « compétitivité », autre mot pour ne pas dire « chasse au coût du travail ».

Une première fois avec la décision du ministre Philippe Martin d’augmenter les tarifs d’électricité de plus de 5 % pour 2013 et 2014. Il s’agit de la plus forte hausse de ces dix dernières années dont sont préservées une fois encore les grandes entreprises.

Une deuxième fois avec la fermeture du centre d’accueil de Cahors qui reçoit tout de même bon an mal entre 6 000 et 7000 personnes en recherche de conseils et d’informations, suppression qui succède à une lente descente aux enfers d’EDF sur ce département avec la centralisation des appels, des paiements, des réclamations, des dépannages, des centres d’exploitation.

Les élus communistes du chef-lieu ont protesté contre cette décision de fermeture, ils ne sont pas les seuls. Mais malheureusement en prenant connaissance du soutien aux salariés d’EDF des « grands élus lotois », on constate que les quatre parlementaires de gauche et le maire de Cahors disent certes leur inquiétude mais trouvent aussi le moyen de « considérer comme nécessaire l’adaptation au contexte économique et aux évolutions des métiers ». On le sentiment que le soutien a plutôt la forme de la corde qui soutient le pendu !

Car enfin le « contexte économique » c’est que l'État, qui est actionnaire majoritaire d’EDF en détenant 84,48% de son capital, prélève 2,3 milliards d’euros de dividendes par an ! Nous proposons donc que l'État, fasse l’impasse sur cette recette pour son budget général et permette à EDF de consacrer cette part de son chiffre d’affaire à ses activités dont le maintien du centre d’accueil de Cahors et s’engage dans la création d’un pôle 100 % public de l’énergie !  

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.