Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Rue des Carmes : des caméras dans le viseur - La Dépêche du Midi - Mardi 12 janvier 2016

Serge Laybros, secrétaire départemental CGT Finances 46, dénonce l'installation de caméras à l'hôtel des finances rue des Carmes. Ce dispositif veille en réalité à protéger les services préfectoraux logés dans le même bâtiment.

«Souriez, vous êtes filmés». C'est avec ironie que Serge Laybros, secrétaire départemental CGT Finances 46, commence son premier billet de la nouvelle année et dénonce l'installation récente de caméras dans le hall de l'hôtel des finances de Cahors rue des Carmes. Le représentant syndical ne cache pas «sa stupéfaction».

«Ce dispositif s'est mis en place sans que quiconque en soit informé et notamment le personnel travaillant dans le bâtiment, souligne Serge Laybros. On peut légitimement s'interroger sur l'utilité de ces caméras de surveillance alors qu'une présence humaine (via des agents de sécurité) assure la surveillance des lieux en permanence et peut ainsi «filtrer» les passages». Tout en dénonçant la politique de vidéosurveillance défendue par la municipalité de Cahors, l'ancien adjoint au maire pointe du doigt la mesure contraire aux libertés individuelles mais qui s'explique depuis l'emménagement dans l'immeuble des services de la préfecture. «Je n'ai pas la naïveté de penser que les caméras de surveillance de l'hôtel des finances le sont pour protéger les fonctionnaires que nous sommes. J'y vois un lien de cause à effet avec la présence depuis quelques mois de l'administration préfectorale et des précautions qu'il faut prendre autour des représentants de l'État, qui font l'objet de bien des attentions et de bien des égards. Il n'en demeure pas moins que ma stupéfaction reste totale et que je condamne avec véhémence le fait d'être filmé en permanence sur notre lieu de travail».

Pour Jean-Paul Lacouture, directeur de cabinet de la préfète du Lot, ce dispositif n'a rien d'exceptionnel. «On applique ici les mêmes mesures que place Chapou. Elles ont été validées dans le courant de l'été en commission de vidéoprotection présidée par un magistrat», précise-t-il. Les caméras installées en fin d'année veillent sur le parking, les accès et le hall du bâtiment partagé avec l'hôtel des finances publiques. «Cela n'a rien à voir avec l'État d'urgence» précise Jean-Paul Lacouture. Depuis les événements de novembre, il est cependant interdit de stationner devant le bâtiment.


Le chiffre : 4 e

étage> occupé par la préfecture. Le temps des travaux place Chapou, la préfète et les services de son cabinet sont installés rue des Carmes pour encore 18 mois.


En ville, les caméras arrivent

D'ici quelques semaines, le dispositif de vidéo protection promise et défendue par la municipalité devrait commencer à être installé. Lors de ses vœux début janvier, le maire, Jean-Marc Vayssouze a en effet précisé que 80 % des caméras seraient installées au cours du premier trimestre de l'année. En 2016, 26 caméras seront implantées à 19 points d'implantation jugés «stratégiques».

«Nous sommes en train de perdre pied et de perdre la raison» a commenté Serge Laybros, contre cette «politique sécuritaire».

A.L.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.