Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Bientôt, aucune perception sur le canton de Luzech-Montcuq dans le Lot ?

Le PCF sur le marché de Montcuq-en-Quercy Blanc, tire la sonnette d’alarme et s’interroge sur le rôle des élus.

C’est la triste nouvelle que sont venus annoncer les militants communistes, autour de Serge Laybros, ce 3 avril au marché de Montcuq-en-Quercy Blanc. La directrice des finances publiques du Lot, a en effet proposé au Ministère de fermer les perceptions de St-Géry et de Luzech, après celles de Montcuq et de Limogne-en-Quercy, au 1er janvier 2016 et de Catus, un an plus tôt. Si ces propositions étaient validées par le ministre des finances, à la fin de l’année, elles seraient effectives, au 1er janvier 2017.

En ce qui concerne la perception de St-Géry, qui a été sauvée de la fermeture en novembre dernier, sur décision du ministre, les militants s’étonnent que la directrice départementale, la propose à nouveau quelques mois plus tard, à la fermeture, ne respectant pas la décision du ministre de tutelle. D’ici la fin de l’année, les militants communistes comptent alerter la population, en se rendant sur les marchés, dont celui de Luzech, un mercredi matin, contacter les élus de St-Géry et de Luzech, ainsi que les Communautés de communes, afin qu’ils délibèrent contre ces fermetures annoncées. Un rassemblement pourrait avoir lieu devant une des deux perceptions en danger, comme cela avait été fait, l’an dernier à St-Géry, avec plus de 200 personnes rassemblées. Des collectivités s’apprêtent à prendre des délibérations s’opposant de ces fermetures. La vice-présidente de la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, Marie Piqué a écrit une lettre, à la directrice Mme Maréchal, lui demandant de revenir sur ses décisions.

Comme le fait remarquer Serge Laybros, les permanences des trésoreries existent, pour parvenir à faire accepter aux élus les fermetures de perceptions. Par exemple, à Catus, où les permanences se tiennent en la maison de services publics, non sécurisée, il est impossible pour les agents d’accepter l’argent public. M. Laybros juge ces permanences « inefficaces », au vu notamment de leur faible connaissance par la population.

La mobilisation pour sauver la ruralité

Au sujet des écoles de village, Serge Laybros salue la réussite du collectif « Ségala mobilisé », qui a permis de maintenir une classe, à l’école d’Assier, de sauver l’école de Vire-sur-Lot et de parvenir à un moratoire de deux ans, au sein du RPI de Latronquière. Au travers de ces succès, la mobilisation locale peut s’avérer fructueuse. Le protocole, signé par les élus, pour nos écoles, prévoyait 18 suppressions de postes, étalés sur trois ans, face à la baisse des effectifs. Après huit pertes, l’an passé, affectant notamment les écoles de la vallée du Lendou qui ont été fermées, et sept intervenant à cette rentrée, entraînant localement la fermeture de l’école du Boulvé, six suppressions sont à prévoir, à la rentrée 2017, entraînant de nouvelles fermetures de classes et d’écoles. Il appelle chacun à ne pas arrêter la mobilisation.

Serge Laybros, de plus, dénonce la suppression annoncée des trains de nuit, sur la ligne POLT, dès le 3 juillet 2016 ; trains desservant les gares de Cahors, tous les soirs, et celles de Gourdon et de Souillac, les samedis et dimanches. En vue de maintenir ces trains de nuit, utiles au désenclavement de notre territoire, le collectif « Tous ensemble pour les gares » organise un rassemblement, en gare de Gourdon, le 22 avril prochain, à 18 heures.

Face à ces disparitions de services publics et à la baisse des dotations d’État que subissent les collectivités, les territoires ruraux peuvent avoir le sentiment d’être abandonnés, par les pouvoirs publics, selon M. Laybros. Le maintien de ces services, en milieu rural vise, à soutenir l’attractivité de ces territoires.

Même si ses pouvoirs sont limités en la matière, le Département du Lot, aux dires de Serge Laybros, peut faire connaître sa désapprobation, en interpellant les représentants de l’État. Selon lui, les élus départementaux agiraient plus, dans une « logique d’accompagnement des décisions de l’État », que dans une logique de « résistance ».

Didier Quet

La Vie Quercynoise 2016.04.07

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.