Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

La manif contre la loi travail s'essouffle dans le Lot - 2016.09.16

À Cahors et à Figeac, ils étaient respectivement 150 et 200 à manifester contre la loi travail. Si le mouvement s'essouffle, la bataille pour autant va être reprise par les syndicats.

Treizième journée d'action nationale hier à Cahors à l'appel de l'intersyndicale, avec 150 manifestants, selon les syndicats et la police et près de 200 à Figeac.

«Cette loi, nous n'en voulons pas. Nous voulons qu'elle soit abrogée. Pour FO c'est sa philosophie même de ce texte qui pose problème, à savoir, l'inversion de la hiérarchie des normes. Cette inversion va permettre à un accord d'entreprise de primer sur un accord de branche, même s'il est moins favorable aux salariés. Nous ne voulons pas de négociations, entreprises par entreprises» déclare Patrick Delfau, secrétaire général de l'UD FO du Lot. «On considère que la fin de l'histoire n'a pas été écrite. On demande le retrait de la loi. On est en phase avec la majorité de la population qui la rejette» confie Serge Laybros, secrétaire départemental du PCF. «Aujourd'hui, on prend la température, avec deux manifs à Cahors et Figeac et un rassemblement à Biars. On est là parce que les décrets d'application ne sont sortis même si la loi a été votée. Quand on parle d'emploi, il faut voir la qualité de l'emploi, il y a des temps partiels» indique Patrice Matence, secrétaire départemental de la CGT. «Dans ces textes, il y a des blocages. Les licenciements seront facilités. On en marre d'être des proies» confie Yvan Weilliet, responsable local Sud éducation. À Cahors, les manifestants rassemblés place Mitterrand, se sont rendus sur une partie de boulevard avant de se poser sur le parvis de la mairie.

«On va engager tous les recours possibles, dresser tous les barrages juridiques pour faire abroger cette loi», prévenait Alain Hébert, représentant du Syndicat CGT Mecanic Vallée, lors de la mobilisation figeacoise, hier.

Entouré de 200 manifestants regroupés sur le parking du lycée Champollion, ils engageaient le défilé sur l'avenue Fontanges, tout en abordant la situation économique locale. «L'aéronautique, c'est l'arbre qui cache la forêt. La semaine prochaine nous serons reçus au ministère de l'Économie et de l'Industrie, pour aborder notamment le dossier de la SAM mise ne vente, à Decazeville, 500 salariés et de nombreux intérimaires». Et de citer aussi la cinquantaine de licenciements à la Solev à Martel, de parler du rachat par un groupe Italien de Solustil à Biars, et des situations préoccupantes à Borg Warner (Corrèze), MTI (Groupe Figeac Aéro), etc.

C'est devant la permanence du député Jean Launay place Michelet que les manifestants se sont séparés. En fin d'après-midi, 90 personnes manifestaient aussi à Biars-sur-Cère.

La Dépêche du Midi

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.