Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Déclaration Yannick Le Quentrec sur le projet d’aménagement et de développement (PADD) du plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) du Grand Cahors Conseil municipal 2 mars 2017

Comme vous le soulignez en préambule, ce débat sur le PADD du PLUI du Grand Cahors doit permettre d’ajuster la rédaction des objectifs du PADD pour plus de cohérence et pour guider les choix ultérieurs. Je vais donc vous faire part des positions que nous avons débattues à Cahors à Gauche

 

Parlons tout d’abord des 3 orientations du PADD : Adapter le modèle de développement urbain pour bien vivre ensemble, Dynamiser le tissu économique, œuvrer à un développement respectueux de l’environnement » :

Qui pourrait s’opposer à cela sous peine d’être immédiatement taxé de fossoyeur du développement durable ?

A un stade aussi généraliste, le consensus n’est pas difficile à établir mais il reste mou.

Seule la lecture attentive permet de nous éclairer sur la façon dont vous comptez mettre en œuvre ces principes.

 

Dans l’orientation « Adapter le modèle de développement urbain pour bien vivre ensemble », nous soutenons les objectifs de conforter les identités paysagères car ils nous paraissent pour la plupart positifs

Première réserve toutefois : Pourquoi nous parlez-vous de la voie verte qui n’a rien d’un repère identitaire ? A ce jour il s’agit plutôt d’un objet de controverse. Nous vous proposons de remplacer cette référence par la promotion du chemin de saint Jacques de Compostelle bien plus pertinente à nos yeux pour la découverte du territoire

 

Nous partageons les objectifs de modération de l’étalement urbain mais il serait intéressant de savoir quelles catégories sociales sont concernées par cette modération, pourquoi y a-t-il étalement urbain, c’est à dire qu’est-ce qui pousse les populations à se loger hors de la ville ?

 

Sur l’objectif d’un logement pour tous, il nous paraît flou. A Cahors à gauche nous préférons la notion de logement social compte tenu de la faiblesse des revenus des ménages dans la zone. De plus, si vous parlez de logement pour tous, la moindre des choses est de nous dire de combien de logements il s’agit ?

Remarque complémentaire à propos de votre objectif de sortir 130 à 170 logement sur 10 ans de la vacance.

Quand on sait que cette vacance concerne actuellement 800 logements, ce chiffre parait peu ambitieux Nous vous proposons de le doubler.

D’autre part, nous souhaitons que vous parliez dans ce PADD de logement de qualité qui intègre la notion de basse consommation, voire de consommation à énergie positive.

Il faut aussi considérer le prix du logement qui pèse plus lourdement sur les ménages à faibles ressources, les locataires du parc privé et les accédants à la propriété. Un locataire du parc privé sur cinq dépense plus de 40 % de ses revenus pour se loger. Et depuis 1997, le prix du logement a augmenté 4 fois plus vite que le revenu des ménages. Et cette hausse pèse davantage sur les ménages modestes, employés et ouvriers. Nous proposons que l’on travaille à limiter le montant des loyers à 20% du revenu des familles.

Enfin si, comme vous, nous jugeons important d’aménager les logements pour les populations vieillissantes, nombreuses dans notre département, ou encore de diversifier les modes de logement, vous ne précisez pas davantage vos intentions. C’est dommage. Je vous avais parlé d’initiatives innovantes, d’habitat participatif, réservé aux personnes de plus de 60 ans et de l’exemple des Babayagas. C’est une formule que vous devriez étudier plus sérieusement que vous ne le faites.
 

Sur l’objectif 5 de conforter les équipements structurants

Franchement là, on reste sur sa faim. A Cahors à gauche nous vous proposons de promouvoir le rôle majeur des services publics.

Services public, ce n’est pas un gros mot. Car ce ne sont pas les services privés, ni les maisons de services au public qui vont maintenir la vie dans nos territoires ruraux. Ce sont bien les écoles quand elles ne sont pas menacées de fermeture, les bureaux de poste, les perceptions, les gendarmeries, la SCNF, les maisons de retraite qui sont au cœur de la préservation de ces équilibres entre territoires et au sein d’un même territoire.

Nous souhaitons ajouter à ces équipements - puisque curieusement vous l’avez oublié- le développement de crèches et de l’accueil périscolaire pour la petite enfance. Car ce sont des outils indispensables, non seulement pour faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes, mais également pour attirer les jeunes ménages.

Vous devriez aussi vous emparer activement de la démarche de création de centres de santé promus par la conseillère régionale communiste Marie Piqué qui représentent une solution pertinente à la désertification médicale.

 

Quant à l’organisation d’espaces de vie, nous vous proposons la création d’un espace de jeu accessible à toutes les générations car c’est une demande récurrente de la population qui n’a rien de disproportionné. Vous pourriez d’ailleurs vous inspirer de ce qui s’est fait à Mercues.

 

Sur un aménagement commercial qui préserve les commerces du centre-ville, nous pensons qu’une consultation de la population et des commerçants condamnés à mettre la clé sous la porte apporterait certainement des enseignements utiles pour trouver des solutions permettant d’éviter le turn over ouverture/ fermeture de nombreux commerces du centre-ville

 

Sur l’objectif de mobilité durable

Nous bousculons la hiérarchie de vos priorités pour considérer qu’une ville véritablement connectée au quotidien avec les villes extérieures, c’est d’abord par le transport ferroviaire que cela doit se faire

La création d’une gare multimodale (et pas un aménagement), avec un parking digne de ce nom (il est presque achevé, c’est tant mieux), un accueil physique en gare adapté aux besoins des usagers, une fréquence améliorée des dessertes. C’est ça l’avenir du territoire !

Quant au co voiturage, il reste une solution aléatoire est peu écologique.

Et à la place de la voie verte que vous nous déclinez décidément à toutes les sauces dans ce document, nous prônons la réouverture de la ligne Cahors Capdenac seule susceptible d’éviter les bouchons d’entrée et de sortie de ville, de permettre des dessertes douces à travers le territoire et des connexions régulières entre l’urbain et le rural.

 

Quelques remarques sur l’orientation « Dynamiser l’économie »

A cahors a gauche nous considérons que le développement économique est tributaire de la présence des services publics car ceux-ci jouent un rôle moteur d’aménagement du territoire, plébiscité y compris par les entreprises. Cela est d’autant plus vrai pour Cahors qui est une ville préfecture. Ce point aurait dû figurer en introduction.

Comme vous auriez dû préciser que le développement économique pour lui-même ne sert à rien s’il ne débouche pas sur la création d’emplois dont on a bien besoin sur ce bassin, notamment si l’on veut garder les jeunes.

Toujours au sujet de l’économie, il est important de s’appuyer sur les ressources du patrimoine médiéval exceptionnel dont nous disposons, mais cela ne suffit pas. Nous prônons un développement économique diversifié qui se décline au quotidien, et pas seulement autour de quelques mois d’activités saisonnières, et qui se soucie d’abord des habitant-es qui résident à l’année sur le territoire et pas seulement des touristes qui, pour la plupart, ne font que passer.

Et voilà que dans ce chapitre, vous intégrez une fois de plus la voie verte chargée de toutes les vertus sans autre argument à l’appui. Pourtant, il va falloir en faire votre deuil puisque la région ne compte pas financer ce projet mirobolant, ce que son budget primitif confirme.

 

Enfin je termine sur un développement respectueux de l’environnement

A Cahors à gauche, nous pensons que le transport ferroviaire, et non les cars Macron, est un outil incontournable pour contribuer significativement à réaliser l’objectif de réduire la consommation d’énergie que vous poursuivez à juste titre.

 

Une dernière remarque sur votre objectif de gestion durable des déchets

Nous le partageons mais il nous semble en contradiction avec le fait de continuer de transporter nos déchets sur les routes et de les enfouir à Montech. Le traitement des déchets n’est pas de votre ressort mais votre objectif gagnerait en crédibilité si vous pouviez inciter le conseil départemental à des pratiques plus écologiques dans ce domaine.

 

Au total même si ce PADD vise à nous éclairer sur les intentions de la majorité il reste un document jargonneux et lisible par un petit nombre d’initiés.

Un document qui a du mal à s’affranchir d’orientations généralistes et passe partout et à quelques détails près, qui se distingue finalement assez peu d’autres PADD.

Cause ou conséquence, c’est un document également peu incarné. On n’y voit ni les attentes de la population, ni ses besoins, ni ses propositions. Tout cela laisse craindre que ce débat s’inscrive dans un simple exercice formel qui ne prendra guère en compte nos remarques.

Mais soyons optimiste, les choses peuvent toujours s’améliorer

Pour lui donner un nouveau souffle, nous vous suggèrons de reformuler ce PADD sous une forme plus accessible aux administré-es . Et sur ces bases, nous vous proposons d’organiser une large concertation avec les habitant-es pour leur permettre d’accéder aux orientations clés de ce projet, de se les approprier et de formuler des observations et des idées sur des questions qui les concernent au premier chef.

Vous avez les moyens d’organiser cette concertation à travers des réunions publiques et l’organisation de débats, notamment dans les conseils citoyens de terre rouge et du cœur de ville. C’est maintenant une question de volonté politique…

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.