Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Les agents dénoncent l'austérité - 2017.03.08

Initiée par le secteur de la santé, une manifestation des salariés de la fonction publique s'est déroulée hier à Cahors. Tous déplorent des restrictions budgétaires qui entraînent des suppressions de postes dans le domaine crucial de la santé. Réactions au cœur de la manif…

À l'appel de la CGT, FO, Solidaires, Fédération autonome de la fonction publique territoriale (FAFP), tous vent debout, défendent le service public hospitalier, la sécurité sociale. «Nous avons de vives inquiétudes sur les groupements hospitaliers territoriaux. Sous couvert du regroupement de certaines activités, nous craignons que cela réduise l'offre de santé en général. On ne part pas des besoins réels» indique Chantal Dellac, secrétaire de l'Union départementale santé CGT. Avec le manque de personnel dans les maisons de retraite, avec un département qui compte de plus en plus de personnes âgées, la souffrance des soignants au travail figurent au rang des revendications.

«Nous avons des inquiétudes sur le service rendu au public. On veut la proximité et la réactivité avec les usagers, mais on voit que cela ne fonctionne pas. Il faut par exemple attendre trois semaines pour rencontrer les usagers» s'émeut Marie Massol, secrétaire générale CGT secteur social du Lot.

«Conséquence : la santé deviendra de plus en plus coûteuse, de moins en moins accessible à l'ensemble de la population» observe un militant. «Au quotidien, les personnels ne sont plus en capacité de répondre convenablement à la demande, quand survient un phénomène épidémique, le système explose, conséquences des milliers de fermetures de lits décidées ces dernières années pas le gouvernement. La pression qui pèse sur le personnel entraîne une augmentation de cas d'usure professionnelle chez les professionnels de la santé et du social» souligne Chantal Sellac avant de laisser conclure Fabrice Matence, secrétaire général départemental CGT : «La réforme territoriale et ses conséquences, fusion de communes, de conseils régionaux, la création de métropoles entraînent des mobilités forcées et des inquiétudes grandissantes chez les agents et dégradent le service public.

La fonction publique de l'État n'est pas épargnée et subit les mêmes contraintes».


Une délégation reçue à l'ARS

Les centres hospitaliers de Cahors, Figeac, Gourdon, des maisons de retraite du département ainsi que l'institut Camille Miret, la Roseraie à Montfaucon, la Poste, l'Energie, les retraités, les finances, les EPHAD, la sécurité sociale, l'URSAFF, la CAF étaient représentés. À l'issue d'une prise de parole devant l'agence régionale de santé (ARS), une délégation d'hospitaliers du Lot a été reçue par Laurence Alidor, responsable territoriale ARS.

Marielle Merly

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.