Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

126 menaces de fermetures de classes ou d'écoles : c'est le Lot qu'on assassine ! - 2017.03.30 LVQ

Plus de 200 personnes dans les rues de Cahors ont manifesté pour la sauvegarde des écoles et contre le projet de fermeture de classes et d'écoles pour les années qui viennent.

29/03/2017 à 06:40 par Jean-Claude Bonnemère

La pluie s’est arrêtée peu avant 10 h 30 ce samedi 25 mars, laissant place à l’organisation du cortège des manifestants qui s’étaient donné rendez-vous à Cahors, au pied de la statue Gambetta. Répondant à l’appel du collectif CCSEV (Collectif citoyen de sauvegarde des écoles de village du Lot), élus, représentants des parents d’élèves, responsables du mouvement associatif ont partagé leur indignation de voir les orientations des services académiques programmer des coupes sombres pour les années qui viennent.

Des orientations
préoccupantes

Une nouvelle fois, les opposants aux mesures de réduction du réseau scolaire et aux regroupements forcés n’ont pas craint de faire des kilomètres pour venir manifester leur attachement aux écoles de village. Même s’ils ne sont pas directement concernés par la menace de fermeture d’une classe ou d’une école, des manifestants ont tenu à exprimer leur solidarité avec les communes sur la sellette, d’autant que les consignes écrites à l’attention du prochain directeur des services départementaux de l’éducation nationale du Lot, stipulent qu’il conviendra « de poursuivre et d’intensifier les regroupements concentrés ».

Cette évolution est justifiée par la recherche « d’une bonne émulation tant pour les enseignants que pour les élèves, le développement d’un équipement numérique conséquent, le renforcement des liens entre scolaire et périscolaire ainsi que la coopération entre les communes et la mutualisation des moyens ». Cette simple logique comptable tourne le dos à la qualité reconnue des enseignements dispensés dans les petites écoles et dans l’intérêt des enfants. Scolarisés au plus près de chez eux, les enfants des écoles de village, encore en bas âge, n’ont pas à subir des temps de transport démesurément long, souvent au-delà d’une demi-heure.

Les écoles de village ont fait leur preuve ! Elles restent plus que jamais le lieu privilégié de socialisation et d’apprentissage du vivre ensemble, en raison précisément du caractère de cette scolarité de proximité, à laquelle s’ajoute une prise en charge par les communes des activités périscolaires, dans des conditions inégalées en milieu urbain.

126 villages et villes visés par le projet

De nombreux élus arborant l’écharpe tricolore ont participé au défilé, au premier rang desquels : Dominique Orliac députée du Lot, Marie Piqué vice-présidente de la Région Occitanie, Marc Gastal conseiller départemental ainsi qu’une cinquantaine de maires ou d’élus. Jean-Claude Requier, sénateur du Lot, est venu saluer les organisateurs de la manifestation, sans pour autant se joindre au défilé.

L’ambiance était bon enfant et dans les discussions c’est l’incompréhension qui dominait. À savoir : comment se fait-il que l’Éducation nationale et les services de l’État ne veuillent pas prendre en compte l’intérêt des enfants, pour ne se contenter d’appliquer qu’une logique comptable. Les fermetures d’écoles vont avoir pour première incidence un allongement des durées de transport. Et c’est tout un pan de la ruralité et de l’avenir de la vie dans nos campagnes qui se joue à travers cette bataille pour le maintien des écoles. Socle de notre société, l’école doit faire l’objet plus que jamais, d’une attention toute particulière des pouvoirs publics, plutôt que d’être brocardée au nom de pseudo-intérêts financiers.

JEAN-CLAUDE BONNEMÈRE

Coup de pied du FN

« Le Front National dénonce la récupération de cette manifestation par des élus aux abois en quête de réélection qui ont soutenu pendant cinq ans le gouvernement socialiste de M. Hollande et ses politiques de réduction du nombre de classes. »

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.