Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

250 manifestants défendent les gares - 2017.05.07

Entre 250 et 300 manifestants ont participé à un rassemblement citoyen, hier en gare d'Assier. La fermeture partielle de gares lotoises a mobilisé, malgré la pluie. Les usagers sont descendus sur les voies, dans le calme, pour bloquer le TER de 15 h 47. Plusieurs élus étaient à leurs côtés.

Les giboulées qui se sont abattues hier sur le causse n'ont pas découragé les manifestants, munis de parapluies. Le rassemblement citoyen, lancé par l'Association de défense de la gare d'Assier et de la promotion du rail (ADGAPR), en réponse au projet de fermeture des gares d'Assier, Gramat, les samedis, dimanches et jours fériés, à partir du 2 juillet prochain, date de mise en application de la nouvelle grille horaire entre Rodez et Brive, a bien eu lieu… La fermeture de la gare de Rocamadour-Padirac serait par contre définitive.

Cette mobilisation a rassemblé entre 250 et 300 personnes qui ont bloqué le TER de 15 h 47, en gare d'Assier, pendant une douzaine de minutes, en occupant les voies.

Les maires d'Assier, Livernon et Lacapelle-Marival, des conseillers municipaux de Figeac, les candidats aux prochaines législatives de la France Insoumise et du Parti communiste des deux circonscriptions du Lot étaient également présents…

Les représentants de l'ADGAPR, Christophe Schimmel (président) et Jacques Montal, cheminot à Assier, ont présenté une situation qui remet en cause des conditions normales de fonctionnement de la ligne, et au-delà la sécurité même des passagers : «L'absence de personnel ne permet plus le croisement des trains en gare et remet en cause gravement la sécurité des passagers puisque toute intervention d'urgence, sur le tronçon concerné, pourrait souffrir d'une latence supérieure à 50 minutes, en cas d'accident.»

Christophe Schimmel est catégorique : «Si la direction de la SNCF veut engager un bras de fer, au vu de la mobilisation d'aujourd'hui, elle va se casser les dents… Cela fait vingt ans que nous nous battons pour le maintien de cette ligne, nous ne lâcherons rien.» D'autres actions sont déjà annoncées.

Marie Piquet, vice-présidente du conseil régional, n'a pas caché des divergences réelles entre les mesures avancées par la direction de la SNCF et les termes de la convention élaborée par le conseil régional d'Occitanie qui prennent, en accord avec toutes les parties concernées, favorablement en compte la ruralité, pour la mise en place prochaine de cette nouvelle grille horaire… Grille horaire qui devrait être soumise à l'approbation du Parlement nouvellement constitué, à la fin du mois de juin… Dont acte.

De notre correspondant Gérard Barbé

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.