Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Manifestation : ils déplorent la fin du train de nuit - 2017.09.04

Le train de nuit ne s'arrêtera plus en gare de Gourdon à partir du 18 septembre. Tous ensemble pour la gare a organisé une manifestation dans la nuit de samedi à dimanche. Ils étaient environ quatre-vingts, flambeaux en main, pour dénoncer cette suppression.

Par une nuit frileuse, quatre-vingts personnes se sont rassemblées pour un triste adieu aux derniers trains de nuit à s'arrêter en gare de Gourdon : le Toulouse-Paris s'arrêtant à 0 h 40 ce dimanche 3 septembre. Leur disparition définitive est fixée au 18 septembre.

En présence de la gendarmerie de Gourdon et devant de nombreux représentants des médias, la présidente Georgette Laporte et le porte-parole Serge Laybros de Tous Ensemble Pour Les Gares (TEPLG) ont exprimé leur plus vive inquiétude sur le devenir de Gourdon privée de transport de nuit.

«Il faut savoir que la gare de Gourdon a le statut de gare TER, à la charge de la région, que la convention entre la SNCF et la région est caduque depuis un an, faute de signature d'un nouvel accord, que la SNCF viole délibérément l'ancien accord qui pourtant fait loi jusqu'au nouvel accord», martèle l'association.

Dans l'esprit des militants, la SNCF, cette nuit du dimanche 3 septembre, venait de couper le cordon ferro-bilical nocturne, celui qui reliait Gourdon aux grandes métropoles, celui qui permettait aux étudiants et travailleurs d'accomplir leur destin.

Des flambeaux, symbole d'espoir, ont été allumés. Telle une marche funèbre les manifestants ont accompagné l'entrée en gare de la locomotive 7273 tirant un train plein à craquer de voyageurs de nuit, preuve de son succès. Les caméras de télévision et les appareils photo ont immortalisé cet émouvant adieu.

L'association rappelle que la lutte se poursuivra pour la récupération des arrêts des trains en gare des territoires ruraux, des services aux voyageurs et de la réouverture des billetteries à des horaires décents pour la population.

De nombreuses associations de défense de ces trains de nuit se sont créées. Elles se réuniront le 5 octobre à Paris, de même que la CGT Cheminots. TEPLG s'y joindra.

De notre correspondant P. Leleu

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.