Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Déclaration de Guy Lavergne au Conseil Municipal de vendredi 15 décembre 2017

Quand la commune reprend à son compte le bail de la construction de l’EHPAD concédé à Polygone, c’est une bonne chose car la maison de retraite de Pradines devient, de ce fait un bâtiment dit public.

Mais en revendant ce bâtiment et le terrain au CCAS, l’EHPAD de Pradines perd  cette notion de « bâtiment communal et de service public ».

Quels pouvoirs et quels droits d’interventions vont conserver les élus au conseil municipal dans le cas de gestion « hasardeuse » ?

L’EHPAD ne pourrait-il pas, un jour, être revendu au plus offrant ! Il y a de l’argent à faire avec les personnes âgés. Certaines structures privées veillent au grain.

Des maisons de retraites réservées aux riches ! Est-ce ce que nous voulons ?

Je l’ai déjà dit au CCAS « le système de soin aux personnes âgées n’est pas viable ». C’est ce que déclarent les associations de retraités et personnes âgées, représentatives dans les instances nationales.

Concernant l’APA, nous ne pouvons que constater le désengagement de l’Etat qui ne reverse pas sa part au conseil Général. A l’origine cette participation s’élevait à 50% des sommes engagées par le département. Cette participation n’était plus, dans le LOT, que de  28% en 2013 et de 35%, ces dernières années

Les réductions budgétaires, imposées par  l’ARS,  dans les soins à la personne, conduisent  les associations, donc les familles, à intervenir pour l’achat de matériel.

Les seules variables d’ajustement sont, le personnel qui voit ses conditions de travail se dégrader et les résidents qui voient leur reste à charge sans cesse augmenter.

On constate, dans le pays, de nombreuses dérives, dans la gestion des EHPAD, dérives financières, voire tout près de chez nous, et dérives humaines quand on déloge des résidents d’une EHPAD pour les envoyer dans un autre lieu sans que les familles puissent intervenir.

Pour toutes ces raisons, je considère que la gestion de l’EHPAD doit rester sous la responsabilité des élus de proximité, en l’occurrence le Conseil Municipal.

La cohésion sociale, slogan très à la mode, n’a de valeur que si l’on s’inquiète de l’ensemble des citoyens, des êtres humains qui résident dans notre Pays.

Pour que les séjours en EHPAD soient de qualité et qu’ils respectent la dignité des résidents, il faut :

Que soit mis en place un financement solidaire et pérenne de la perte d’autonomie, reposant sur la Sécurité sociale, dans le cadre de la solidarité nationale,

Que les collectivités supportent les amortissements, ce qui permettrait d’alléger les tarifs d’hébergement.         

Guy LAVERGNE

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.