Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

450 personnes sur les pavés du 1er-mai - 2018.05.02

Timide mobilisation unitaire hier à Cahors où 120 personnes ont occupé le pavé, peu garni donc, sur la place Mitterrand où avait lieu le traditionnel rassemblement du 1er-mai à l’appel de la CGT, FSU, Sud-Solidaires et de la Confédération Paysanne.
Cette journée d’action ratissait large sur le plan des thèmes de revendications et a permis aux manifestants de s’exprimer contre la remise en cause des acquis sociaux, la sélection à l’Université, mais aussi de défendre le service public entre autres sujets sociaux. Thème phare de cette journée : le transport ferroviaire. à Cahors, le cortège des manifestants s’est rendu à l’ancienne gare de Cabessut pour réaliser un débroussaillage symbolique des voies.
Pour la réouverture de la ligne Cahors-Capdenac
« Par cette action, nous demandons la réouverture de la ligne Cahors-Capdenac-Figeac afin d’avoir un service public de proximité répondant aux besoins des populations. C’est aussi la réponse économique et écologique attendue, car le tout pour le camion est une hérésie. Nous voulons que toutes les propositions soieint examinées et débattues avec l’ensemble des citoyens lotois » insiste Jérôme Delmas, secrétaire de l’union départementale de la CGT.
À Figeac, 220 personnes se sont mobilisées hier. Cette année, le défilé est passé en ville puis est monté à la gare. « C’est la convergence des luttes aujourd’hui dans le Lot, à Cahors, à Biars, ici à Figeac mais aussi à Capdenac-Gare qui fait partie de la même communauté de communes. Le combat de la SNCF, c’est le nôtre » a lancé Chantal Dellac, de l’union départementale CGT de Figeac. À l’image du temps, l’humeur était maussade dans le cortège. Dans les rangs, plusieurs élus figeacois étaient présents comme Christiane Sercomanens ou encore Michel Lavayssière, vice-président du Grand Figeac.
« Je suis venu soutenir les cheminots »
« Je suis toujours là le 1er mai mais cette année je suis venu soutenir les cheminots, a-t-il indiqué. S’ils perdent, c’est toute la fonction publique qui va être touchée et tous les travailleurs qui vont y perdre ». Un peu plus loin, le conseiller municipal Maurice Pons s’inquiétait des réformes « en veux-tu en voilà ». « À un moment donné, il faut montrer qu’on n’est pas d’accord ». Le printemps social continue dans le Lot.
Du côté de Biars-sur-Cère, la faible mobilisation (110 personnes) comparable à Cahors s’est soldée par un meeting devant la mairie pour des prises de parole avant un retour au stade, point de départ du défilé, où la tradition du repas social et citoyen a été respectée. Ceci sous des tentes dressées pour la circonstance. Que retenir de ces trois rassemblements. Que cette intersyndicale a su beaucoup plus mobiliser. Peut mieux faire donc.
Audrey Lecomte

et Jean-Luc Garcia

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.