Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Réforme des retraites : la CGT et les gilets jaunes se mobilisent à Cahors // 2019.09.25

« En gros, c’est travailler plus pour gagner moins à la retraite ». Sur la place Gambetta, Patrick Nicolaon s’insurge. Comme des dizaines d’autres personnes, il a répondu présent à l’appel de la CGT ce mardi 24 septembre à Cahors pour manifester contre la réforme des retraites. Ancien gilet jaune, ce militant de l’Humain d’abord alerte : « La réforme par points proposée par le gouvernement va conduire à une baisse du niveau des retraites de 25 à 30 %. C’est une politique anti-sociale qui n’a qu’un seul but : celui d’enrichir ceux qui ont déjà de l’argent. »

Car, le véritable ennemi, c’était avant tout le système capitaliste. « Si on taxe les actionnaires à hauteur de leurs salaires, cela rapporterait plus de 30 milliards d’euros dans les caisses des retraites », assure Philippe Miquel de la CGT des Retraités du Lot. Autres solutions proposées par le syndicat : « rester à 60 ans et non 64 ans », « prendre l’argent là où il existe », à savoir dans les cotisations sociales, et promouvoir « l’égalité homme-femme qui rapporterait plus en termes de cotisations sociales aussi », énumère le retraité.

« Alors que le gouvernement compte allonger la durée de cotisation et donc, repousser l’âge légal de départ à la retraite, la réforme Delevoye / Macron ne fera que des perdants : femmes, jeunes, salariés du privé comme du public verront la valeur du point fondre comme neige au soleil » avertit la CGT. Un sujet qui touche également les retraités « On pourrait croire qu’une fois que c’est acquis on n’y touche plus, mais c’est faux ! », s’exclame Philippe Miquel.

180 manifestants dans la rue

Entre les syndicats et les gilets jaunes, ceux venus spécialement pour l’occasion et ceux qui se sont arrêtés par curiosité, ils étaient près de 180 à battre le pavé hier, arpentant l’avenue Léon-Gambetta au rythme des slogans et des chants militants. « Tout ce qui peut faire converger les luttes dès lors qu’il n’y a pas de divergence dans la bagarre à mener est bienvenu », assure Patrick Nicolaon.

Entre les drapeaux de la CGT, quelques pancartes fustigent Emmanuel Macron. « Mille maux, le même coupable. Éradiquons le libéralisme », peut-on lire sur l’une d’entre elles. Seuls les jeunes manquaient à l’appel : « Il faut qu’ils viennent aux manifestations. Ce sont eux les plus impactés. Mais je comprends que cela paraisse loin pour eux, et qu’ils aient assez à faire avec le climat en ce moment », indique Philippe Miquel.