Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Les lycéens dans la rue avec les salariés et les retraités // 2019.12.06

Les manifestants avaient des profils multiples à Cahors ce jeudi : vieux et jeunes issus de diverses professions étaient rassemblés. En début d’après-midi, 3 lycéens ont installé une banderole sur la statue de Léon Gambetta. L’une d’entre eux, Margot Sanet, élève de terminale S, s’est mobilisée hier suite à l’appel du syndicat lycéen Union Nationale Lycéenne (UNL). Outre son opposition à la réforme des retraites, Margot Sanet est là pour contester la politique gouvernementale d’une manière générale : "la réforme du bac et de Parcoursup, la précarité étudiante, et la non prise en compte des questions écologiques".

Comme elle, beaucoup de manifestants présents à Cahors ce jeudi ont des revendications qui dépassent le cadre de la réforme des retraites. Bernard Lacuche, qui se décrit comme "un gilet jaune artisan" est venu manifester contre "la casse généralisée de tout un pays".

Ce fabricant de selles de chevaux artisanales s’oppose en effet à "la délocalisation des industries, à la privatisation des services et des infrastructures publiques, à la suppression de l’impôt sur la fortune". Il dénonce également l’usage de l’écologie comme prétexte pour nous prendre de l’argent" alors que selon lui, "l’inaction écologique du gouvernement est une atteinte généralisée à l’humain". Un autre gilet jaune présent, prénommé Nicolas rappelle qu’outre la contestation de cette réforme des retraites, les gilets jaunes de Cahors réclament "la garantie d’un minimum de pouvoir d’achat".

Il déplore la communication systématiquement mensongère du gouvernement et le fait que "Macron prenne le peuple pour des idiots".

En résumé, la mobilisation d’hier après-midi à Cahors semblait être bien plus qu’une contestation de la réforme des retraites.

Eloi Boyé.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.