Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Christiane Sercomanens, adjointe au maire de Figeac en charge des affaires sociales : "On sent beaucoup de précarité et de solitude" // 2020.12.30


L’année 2020 rythmée par la crise sanitaire et ses conséquences économiques a été très dure pour les plus démunis. À Figeac comme ailleurs, la précarité et l’isolement ont gagné du terrain ces derniers mois marqués par les confinements successifs. Face à cette crise sociale sans précédent, les initiatives solidaires se multiplient et le centre social ne ménage pas ses efforts, surtout en cette période de fêtes, pour garder le lien avec les populations fragiles. Entretien avec Christianne Sercomanens, adjointe au maire en charge des affaires sociales.

Avez-vous vu arriver un nouveau public suite au confinement et à la crise sanitaire ?

On voit un peu plus de monde depuis le confinement. C’est très compliqué pour beaucoup. On s’est axé sur l’accompagnement des personnes à la rue bien sûr et aussi en squat, vivant dans des logements précaires ou qui dorment dans leurs voitures. C’était nouveau pour nous. On a vu des situations très difficiles avec, depuis le déconfinement, le retour de gens au centre social qui n’avaient parfois vu personne durant plusieurs semaines.

Comment avez-vous abordé la période des fêtes ?

On faisait toujours un repas de fin d’année. Comme ce n’était pas possible, on a cherché à faire un petit cadeau quand même. J’ai pensé offrir une assiette avec un gâteau, des pots de confiture (la distribution d’une trentaine d’assiettes a eu lieu au moment de Noël, NDLR). C’est symbolique mais c’est important pour leur redonner un peu de souffle et toujours garder le lien.

Quelles actions mettez-vous en œuvre ?

On va continuer à travailler avec les personnes accueillies en hébergement d’urgence, en particulier au Trait d’Union. Durant le dernier confinement, on les a gardés un mois et demi. On a pu faire un travail qu’on ne peut pas faire d’habitude autour d’une dizaine de personnes. Cela a rompu leur isolement et a permis d’engager un travail de soins contre les addictions notamment. On sent beaucoup de précarité et de solitude chez les plus démunis mais aussi pour de nouveaux publics comme des étudiants. J’ai été alertée par l’Ifsi par exemple sur la précarité alimentaire des élèves infirmières. Moralement c’est très dur cette période pour beaucoup. Mais heureusement on voit aussi des initiatives citoyennes et de la solidarité.



Audrey Lecomte

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Christiane Sercomanens, adjointe au maire de Figeac en charge des affaires sociales :

le 04 January 2021

A voir aussi