Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

Nouvelle mobilisation jeudi prochain // 2021.01.29



Confinement ou pas, ils seront au rendez-vous. Jeudi 4 février, à 14 h 30 à Cahors, place Gambetta, et à Figeac, place Champollion, les syndicats Sud Solidiaires, FSU, CGT et la Confédération paysanne donnent un nouveau rendez-vous à la mobilisation dans le cadre d’un appel national interprofessionnel. "C’est une situation exceptionnelle mais cela ne justifie pas que des multinationales en profitent pour délocaliser et supprimer des emplois. Dans le Lot, la Maec en a déjà fait les frais comme Figeac Aéro", pointe Jérôme Delmas, le secrétaire général de la CGT 46. Il appelle "l’ensemble des travailleurs à rejoindre cette journée d’action pour aller à la conquête de nouveaux droits."

Une conquête sociale, synonyme selon lui de "suppression des plans de licenciements et de l’arrêt de la création de contrats précaires."

Les syndicats demandent la création de 500 000 emplois dans la fonction publique, du passage aux 32 heures "pour travailler mieux et moins", de l’arrêt des dividendes et de l’annulation de la réforme chômage, ce "non-sens" voire "contresens" selon le secrétaire général de la CGT dans le Lot. "Nous demandons également la suppression de la journée de carence dans le cadre d’une période de pandémie, on ne peut pas faire payer aux salariés leurs maladies", ajoute Anne-Marie Bonhomme, co-secrétaire du SNES-FSU 46.

La mobilisation de mardi dernier à Cahors où moins d’une centaine de personnes se sont rassemblées sur la place Chapou, a laissé un goût d’inachevé aux responsables syndicaux. "C’est sûr, la mobilisation n’est pas à la hauteur du mécontentement, mais dans certains établissements lotois, le taux de grévistes affichait tout de même 50 %", poursuit Anne-Marie Bonhomme. Le combat dans l’éducation qui sera aussi porté jeudi prochain reste d’actualité : "L’éducation a été trop sacrifiée. Qu’a-t-on donné aux élèves pour rattraper le temps perdu par le confinement ? Rien. Sans parler des enseignants à qui on demande de faire des heures supplémentaires, eux qui sont déjà à 40 heures par semaine", précise-t-elle.

Pour les syndicats, ce n’est que le "début du processus" car d’autres actions devraient suivre. Jérôme Delmas conclut : "Le monde de demain ne doit pas être pire qu’hier."


Manon Adoue

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Nouvelle mobilisation jeudi prochain // 2021.01.29

le 29 January 2021

    A voir aussi