Fédération du Lot

Fédération du Lot
Accueil
 
 
 
 

La mobilisation ne faiblit pas et se mue en colère sourde - 2017.02.26

Hier, la mobilisation contre les fermetures d'écoles et les suppressions de postes a une nouvelle fois battu son plein. À Figeac, 250 personnes ont manifesté en silence, suivies de barrages routiers dans plusieurs communes.

Hier à Figeac, ils étaient encore une fois près de 250 élèves, parents, élus, représentants syndicaux, venus de très nombreux villages du département (Gréalou, Livernon, Lacapelle-Marival, Leyme, Molières, Sousceyrac, Fons, Cavagnac, Saint-Martin-le-Redon et bien d'autres) à s'être donné rendez-vous pour manifester leur colère et dénoncer «la destruction faite à marche forcée des écoles rurales, avec un mépris total des territoires».

Effet boule de neige dans les campagnes

Enfants en tête, un long cortège silencieux s'est élancé du lycée Champollion pour traverser le marché. Sous la halle, les enfants se sont allongés un instant au beau milieu de la foule étonnée, comme pour commémorer «les écoles tombées» dans les campagnes. Tous se sont ensuite rendus sur le parvis de la sous-préfecture où, après avoir respecté une minute de silence, de jeunes écoliers ont solennellement égrainé la longue liste des écoles rurales disparues lors des deux quinquennats précédents. «Je suis maman d'un jeune garçon qui fera sa première rentrée en septembre 2017» explique Elsa Heijens, futur parent d'élève et membre du collectif du maintien de l'école à Fons. «J'habite un milieu rural et je souhaite que mon enfant puisse être scolarisé dans mon village. J'ai espoir que l'on soit entendu» dit-elle.

«La décision sera entérinée le 1er mars. Cela concerne la fermeture de 17 postes donc de 10 écoles» confient deux enseignantes du collectif La petite école est une chance 46.

«Notre action a un effet boule de neige car beaucoup de villages du département, même non concernés par ces fermetures, nous rejoignent. Notre action va porter ses fruits. Notre mobilisation va continuer jusqu'au 1er mars et même au-delà si la décision est négative».

Plusieurs blocages routiers dans l'après-midi

Pierre Dufour, porte-parole du collectif, a conclu la matinée : «Nous avons voulu ce matin monter notre détermination dans la dignité. Mais cet après-midi, nous allons changer de registre et durcir notre mouvement avec un blocage des ronds-points de Gréalou, Livernon et du bourg».

Chose promise, chose due, plusieurs blocages routiers ont été formés à hauteur de trois ronds-points. À 13 heures, les parents d'élèves mobilisés filtraient le passage des voitures à Livernon sur la D802 et à Lacapelle-Marival sur la D840. Plus tard, vers 17 heures, c'est à Gréalou qu'un barrage filtrant était réalisé.

Jean-Louis Mouysset et Mathieu Fontaine

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.